"combien de temps vont-ils faire ça?
construire des sapins de noël au printemps?
accrocher des histoires aux branches fatiguées?"

_








alors qu'il regarde les chaussures dans le ciel,
pour la deuxième fois,


il se demande combien de temps encore elle ne sera pas là.





























pas là dans l'écho de la ville,
pas là dans les corps qui dansent,
pas là dans les ondes qui parlent
pas là dans ses chaussures à lui

.





alors il regarde les godasses accrochées au ciel par un arbre, encore.
et il trouve que c'est beau comme une promesse de résistance.


probablement qu'ils font ça pour dire qu'il veulent marcher plus haut.


























 plus haut que l'écho de la ville,
plus haut que les corps qui dansent,
plus haut que les ondes qui parlent,
plus haut que ces chaussures à elle


.


"probablement qu'ils feront ça aussi longtemps qu'il y aura de chaussures dans des placards.
il suffit d'accepter d'être pieds nus et d'avoir une fenêtre à ouvrir.
balancer consciencieusement son mensonge
aux yeux des passants."





ensuite ça ne concerne qu'elles, le hasard et la solidité du double nœud.
trouver une branche naïve pour s'y accrocher comme une histoire d'enfant en guerre.































les lampadaires,
comme autant de soleils artificiels sans chaleur,
se chargeront la nuit de projeter l'ombre des promesses mortes sur les trottoirs.






alors il regarde les pompes accrochées à l'arbre par un ciel, encore une fois.
et il trouve que c'est beau.
un mensonge


.




je voudrais te mentir longtemps.
et être un peu professionnel.

d'habitude là, il y a du muscle.
et là aussi.


et là.







et puis si tu baises avec moi,
normalement je deviendrai beau
.

rien est moins sûr.
la fidélité à cette idée là,
comme les autres, elle est du vent et de la lumière.
un peu de vent et un peu de lumière.


le bleu n'existe pas-
-plus que les autres couleurs.
c'est une histoire d'yeux,
œil contre œil
et dent pour dent.




vendeuse de canapé!




normalement c'est à ce moment là que les braves meurent,
que certains plantent des drapeaux,
d'autres des larmes dans le sol,
d'autres encore des cheveux dans le blanc.

normalement c'est à ce moment là que les braves meurent,
que le vieux agite son bras en s.o.s.
—"je t'avais prévenu!"
(il dis ça du haut de sa canne)
—"je t'avais prévenu!"







meurs esclave.
meurs animal savant.
tu n'as jamais été aussi loin de la vie.
chien
_





donc je voudrais lui mentir longtemps.
et être un peu professionnel.

lui dire que d'habitude là, il y a du muscle.
et là aussi.


et là.







et puis lui dire que si elle baise avec moi,
longtemps et bien.
normalement, je deviendrai beau.






on né
on vit
on meurt
_
gomez - odezenne - OVNI Edition Louis XIV - parole - musique - artworkqu -e/art 
_Artwork Edouard Nardon

adieu


2,10,100 - odezenne - OVNI Edition Louis XIV - parole/musique/art

_Artwork Edouard Nardon


 ___

"우리는 성장하면서 달콤한 말들에 두려움을 느끼기 시작한다
입부터 귀까지, 없는 고통을 투과시키며
나는 명백함 속에서도 의문을 발견한다
행복을 누리는 우리가 춤을 추는한 우리는 아무것도 신경쓸 필요가 없으니
나는 주술을 외우는 랩을 하며 
언어의 지방덩어리를 키우겠지, 곱절의 크기로
너의 예쁘장한 얼굴에 언어의 분비물이 흐른다
내가 토하면, 사랑
너는 홀로 흔들리겠지"

___

le film raconte le morceau du même titre. de l'album O.V.N.I _orchestre virtuose national incompétent. c'est l'histoire évidente de 1 + 1 qui ne fera jamais 2.


 
_Une co-réalisation de Undi Lee & Alix Caillet




quelqu'un
_

_musique en français


pour parler d'odezenne,
tu ne diras plus:

SLAM
SOUPOUDRER DE ...
JAZZY
LUDIQUE
HUMOUR
QUINTET
QUARTET
REFERENCE CINEMATOGRAPHIQUE
TEINTER DE ...
PROPOSE UN RAP
CONSCIENT
RENOUVEAU DU HIP HOP


nous chions sur vos étiquette.
amen

.


"(...) C’est la confirmation qu’il n’est pas question de savoir quel genre musical, quel territoire disciplinaire on a sous les yeux ou dans les oreilles. Il est question maintenant de savoir quels individus sont en mesure de s’exprimer.

Alors va te faire foutre toi et ton rap."

elle a dit ça. la voix la plus sexy de france.
"je l'ai vu dans le ciel,
                                                  toujours aux heures bleues


.



"


       — les quatre faces du triangle —

tour_




où tu verras ce chien dans la ville...
nous serons
.



14.09 GENEVE (Suisse), Usine
15.09 NEUCHATEL (Suisse), Case à Choc
28.09 BEGLES (33), Festival des Terres Neuves
06.10 PARIS (75), Snatch Party, La Rotonde
10.10 NIMES (30), Paloma
11.10 ST ETIENNE (42), Le Fil
12.10 ANNECY (74), Le Brise Glace
13.10 MONTPELLIER (34), Le Rockstore
19.10 SIX FOURS (83), Espace Malreaux
20.10 CHATEAUNEUF DE GADAGNE (84), L'Akwaba
24.10 LILLE (59), Festival GroundZero, La Péniche
25.10 PARIS (75), Festival Mama, Centre Fleury Goutte d'Or
26.10 CHELLES (77), Les Cuizines
27.10 LAVAL (53), Le 6par4
09.11 BLOIS (41), Chatodo
10.11 NAMUR (Bel), Le Manège
16.11 BOURGOIN JALLIEU (38), Les Abattoirs
29.11 NANTES (44), Salle Festive
07.12 RIS-ORANGIS (91), Le plan
08.12 BRUXELLES (Bel), Ateliers 210
13.12 GRENOBLE (38), L'Amperage
14.12 LYON (69), Ninkasi
15.12 BORDEAUX (33), OVNI party. Rocher de Palmer

Force & Honneur


_Oktome et Universeul présentent « Saxophone », titre emblématique de l'album O.V.N.I.

Hommage à l'univers de Spielberg, ce clip qui est en fait un véritable court métrage, plonge le groupe Odezenne dans un monde parallèle à la poursuite d'un mystérieux OVNI qui pénètre dans l'enceinte d'un supermarché, lieu symbolique du désenchantement consumériste... Un film à l'imaginaire débridé conçu comme un flashback d’insouciance et de liberté qui permet de découvrir Odezenne comme on ne les a encore jamais vus.

The Origin

Le groupe a souhaité marquer le coup avec un clip qui serait plus un film qu'une simple illustration visuelle du morceau. Un clip / court métrage, emblème de l'album et traversé par ses thèmes.

Quand on écoute « Saxophone » la première fois, on pense immédiatement à la comptine « Trois petits chats ». Al et Jaco adoptent le même procédé qui consiste à répéter la dernière syllabe (ou le dernier mot) d'un vers dans l'amorce du vers suivant. En dépit de ce cadre assez restrictif, ils développent dans leurs flows un imaginaire débridé, source d'une liberté retrouvée. Le morceau nous plonge ainsi dans l’univers de l'enfance en agissant comme un flashback d'insouciance et d'innocence.

C'est dans cet esprit que s'est inscrite la réflexion autour du clip mené une nouvelle fois avec le collectif OKTOME.  Avec une idée directrice: la génération qui a grandi dans les années 80 a été bercée par le cinéma de Steven Spielberg et les histoires d’extraterrestres. « Saxophone » étant le morceau phare de l'album dénommé OVNI, pourquoi ne pas carrément mettre en scène l’histoire de la rencontre du groupe avec une intelligence extraterrestre ?


Who’s who?

Al, Jaco, Merlin et Priska se retrouvent catapultés dans un monde parallèle, régressif et vide, un rêve mélangeant les époques et les lieux.  Ils forment une sorte de bande qui peut faire penser à celle des Goonies.

Chez les Goonies, chaque membre du groupe est complémentaire. Chacun est à sa place et devient plus fort grâce au groupe, paré à vivre des  aventures extraordinaires dans lesquelles il n’y a pas un seul mais plusieurs héros. Oser un parallèle entre les Goonies et Odezenne semblait donc logique pour qui connaît le fonctionnement interne du groupe et les qualités complémentaires de ces membres.


Supermarket & OVNI

Odezenne pointe les méfaits de la société de consommation dans un certain nombre de morceaux tirés d’OVNI (citons Dedans, Gomez, …). Le supermarché, non-lieu emblématique du désenchantement consumériste, est donc le cadre idéal pour développer l’intrigue.  L’impression d’indistinction et le foisonnement de ces marchandises dans le clip illustre parfaitement le désillusion propre à la société de consommation. L’avalanche de rimes des emcees, la diversité des thèmes abordés, des champs lexicaux utilisés renvoient aussi à l’abondance d’objets marketés disséminés dans tous les rayons du supermarché…

Tout le monde ne pas voir l’OVNI. Comme dans E.T. ou les Goonies seuls les êtres « purs » perçoivent la magie. Les adultes sont exclus, aveuglés par trop de rigidités sociales, trop de mensonges et de déceptions. L’OVNI, agissant comme une force qui permet de repousser toutes les limites, devient ainsi le parfait reflet de ce qui singularise vraiment le groupe.

Cet OVNI incarne l'énergie créatrice du groupe, une énergie qui les ramène en enfance dans une sorte de fuite salvatrice.

_Geoffroy Fauquier (OKTOME)